fbpx

Poursuite de la session

Que faire si un étudiant vous informe qu’il est atteint de la COVID-19?

  • Vérifier avec l’étudiant s’il a informé le registrariat de sa situation (en lien avec les mesures à suivre lors de telles situations). Sinon, le référer au registrariat pour la déclaration de la maladie;
  • Être conciliant avec l’étudiant, comme lorsqu’il s’absente pour une autre maladie, en vérifiant avec lui s’il est à même de poursuivre et en trouvant des solutions alternatives pour qu’il suive son cours au moment qui lui convient le mieux;
  • Si l’étudiant mentionne qu’il est vraiment dans l’impossibilité de poursuivre pour tout le reste de la session, référer celui-ci au registrariat pour qu’une API discute des possibilités qui s’offrent à lui ainsi que des impacts sur son cheminement.

Est-ce un manque de rigueur que de réduire mes exigences avec les étudiants?

Il est important de trouver un équilibre. La situation de crise pourrait faire en sorte que les étudiants auront besoin de plus de soutien. Les conditions dans lesquelles ils se retrouvent ne sont pas optimales. La question à se poser est donc : Dans les conditions actuelles, qu’est-il possible d’exiger, surtout en transition vers la formation à distance?[1]

[1] Source et référence : document du CAPRES.


Puisque nous devons reprendre les cours dans la semaine du 30 mars ou au plus tard du 6 avril et que la session doit durer un minimum de 12 semaines, quelle sera la date de fin de session?

La session se terminera le 29 mai. À cet effet, vous devrez compléter un minimum de 12 semaines de cours à l’intérieur de ce calendrier (du 20 janvier au 29 mai). Vous aurez donc une latitude pour planifier et réaliser vos activités d’enseignement et d’apprentissage.


Est-ce que les modifications au calendrier (tempêtes par exemple) seront respectées?

Oui.


S’il me reste, par exemple, 15 heures à faire dans mon cours, est-ce que je dois les faire en enseignement en ligne en mode synchrone seulement?

Non, bien au contraire. Différentes possibilités s’offrent à vous quant au mode d’enseignement. Nous vous référons à la section qui traite des stratégies pédagogiques pour quelques suggestions. Nous vous suggérons de prioriser les modes d’enseignement asynchrone sinon vous devez enregistrer vos cours réalisés en mode synchrone, considérant que pour certains de vos étudiants il est difficile d’être en ligne avec vous à un moment précis de la semaine ou que leur signal internet laisse à désirer. De plus, dans le contexte actuel, nous vous invitons à considérer le temps de travail personnel dirigé (travaux longs, périodes d’échanges en ligne, exercices, etc.) à l’intérieur de ces 15 heures. L’idée est aussi de ne pas surcharger vos étudiants qui doivent également composer avec ce contexte bien particulier.


Est-ce que les étudiants des programmes de santé pourraient décider de ne pas reprendre leurs cours pour continuer à travailler dans le milieu dans un contexte où le MSSS demande de l’aide?

Le MEES et le MSSS se sont entendus sur le fait que dès que les cours reprendront, les étudiants devront prioriser leurs études. Il sera cependant important d’être conciliant et flexible avec nos étudiants. En effet, il pourrait être très pertinent de prévoir des activités d’apprentissage qui peuvent être réalisées en mode asynchrone, pour que l’étudiant choisisse le moment de la semaine qui lui convient le mieux pour réaliser ses apprentissages. Par exemple, l’enregistrement de cours ou de capsules pour un visionnement en mode asynchrone pourrait être privilégié.


Que se passera-t-il avec des étudiants qui ne pourront poursuivre la session?

  • Des mesures sont actuellement prises pour que chaque étudiant puisse avoir accès à un ordinateur pour poursuivre sa formation à distance. Des livraisons seront réalisées dans les prochains jours.
  • Le Cégep a fait différentes démarches (MIO, courriel, téléphone) pour rejoindre l’ensemble de ses étudiants. Un très petit nombre d’étudiants n’a pas encore été joint.
  • Si toutefois un étudiant ne souhaite pas poursuivre ses cours, il devra rencontrer son API qui lui fera part des impacts de cette décision sur la suite de son parcours. L’API incitera grandement l’étudiant à reprendre ses cours, à se donner quelques semaines avant de prendre une décision en ce sens. Nous vous suggérons cependant d’inviter les étudiants qui songent à abandonner leurs cours à en discuter avec vous. Il se peut qu’ils aient de la difficulté à trouver leurs repères dans le contexte actuel et qu’ils ne soient pas conscients que la charge de travail est ajustée en conséquence et qu’à tous les niveaux (du ministère aux enseignants) la souplesse et la bienveillance sont favorisés.
  • Si vraiment un étudiant ne peut poursuivre ses cours, le Cégep pourra lui accorder un incomplet, ce qui fera en sorte qu’il n’aura pas de mention d’échec à son bulletin et qu’il pourra reprendre son cours à une session ultérieure. Il est important de préciser que la demande d’incomplet doit être faite par l’étudiant au registrariat et non par l’enseignant. L’étudiant a jusqu’à la fin de la session pour procéder à sa demande. À noter que les étudiants ont reçu un message de la direction leur précisant les modalités liées à une demande d’incomplet le 14 avril dernier.

Si un étudiant a un échec dans un cours, pourra-t-il demander un incomplet puisque la date limite est fixée au 15 juin?

Oui. Le Ministère nous autorise cette latitude. Pour ce faire, la demande doit être effectuée par l’étudiant au registrariat. L’étudiant devra reprendre le cours à une session ultérieure, tout comme s’il avait eu un échec, mais il n’aura pas de mention d’échec au bulletin.


Et pour la cote R?

Initialement, deux calculs de la cote R devaient se faire pour la cohorte de l’hiver 2020 et le meilleur des deux résultats devait être retenu pour établir la cote R de chacun des étudiants : un calcul incluant les résultats de l’hiver 2020 et un calcul excluant les résultats de l’hiver 2020. Le 20 avril 2020, le Ministère a cependant statué qu’il n’y aurait finalement pas de calcul de cote R pour la présente session.


Est-ce que des services seront offerts aux étudiants en situation de handicap?

  • Voici les services qui sont maintenus pour l’ensemble de nos étudiants pour des rencontres virtuelles, téléphoniques ou par MIO :
    • Vicky Lefebvre, pour les prêts et bourses;
    • Annick Bellerive pour l’aide psychosociale et les services adaptés;
    • Marie-Pier Cloutier pour les services d’orientation;
    • Valérie Goulet et Isabelle Régis pour les services d’aide pédagogique individuelle;
    • Caroline Dubuc et Manon Richard pour le CAR;
    • Véronique Boisvert, Amélie Bédard et Marie-Claude Gélinas pour le CAF;
    • Marie-Ève Robitaille pour l’aide en lien avec l’ÉUF;
    • En fait les différents services continuent à être offerts à nos étudiants.
  • Tous les étudiants ont accès aux logiciels spécialisés dont ils ont besoin pour les soutenir dans leurs apprentissages.
  • Votre soutien en tant qu’enseignante ou enseignant est aussi très important dans ce contexte.

Que doit-on faire avec nos étudiants qui bénéficient de mesures adaptées?

  1. Revoir les mesures d’accommodement présentes dans les plans d’intervention de vos étudiants, consulter les fiches du CCSI jointes au courriel des services adaptés et déterminer la façon dont elles pourront maintenant être appliquées. Au besoin, consulter vos collègues, votre conseiller(ère) pédagogique ou la conseillère en services adaptés pour en discuter.
  2. Contacter individuellement les étudiants afin de leur faire part des accommodements possibles ainsi que de vos attentes. L’objectif de cette démarche est de fournir un cadre et une structure clairs pour la suite du cours et de vous entendre à propos de la forme et de la fréquence des suivis qui seront réalisés. À noter que pour répondre aux besoins de certains étudiants, des suivis pourraient être réalisés par Annick. Vous êtes invités à communiquer avec celle-ci pour en discuter.

Voici les principales mesures d’accommodement offertes à nos étudiants en situation de handicap ainsi que quelques pistes de réflexion pour l’application de celles-ci dans le contexte actuel :

Notes de cours remises à l’avance

Consiste à remettre à l’avance, à l’étudiant, les notes de cours, les diaporamas électroniques (présentations PowerPoint, par exemple) ou autres documents à étudier, à lire afin de favoriser les liens à faire dans le cours. Cet accommodement vient souvent avec le tutorat où un tuteur étudiant aidera l’étudiant en situation de handicap.

  • Dans le contexte, une possibilité serait de mettre en place une prise de note collective ou le partage des notes de cours, et ce, même si des textes ou documents complémentaires sont remis aux étudiants.

Temps supplémentaire aux examens

Prolongation du temps offert lors des évaluations, selon les besoins de l’étudiant, en lien avec ses limitations. Il est précisé dans le plan d’intervention de chacun des étudiants. Il peut être offert selon un pourcentage de 33% ou 50% de plus que le temps régulier, selon la situation de l’étudiant.

  • Dans le contexte, une possibilité serait de modifier la forme de l’examen pour le transformer en travail à la maison en donnant suffisamment de temps pour que tous les étudiants puissent le compléter (même ceux ayant besoin de temps supplémentaire).

Rétroaction vocale par synthèse vocale par le logiciel WORD Q

La rétroaction vocale par synthèse vocale consiste en la lecture par une voix synthétique d’un texte numérique. Cette fonction d’aide peut donc compenser des difficultés marquées ou incapacités liées à la lecture de mots et à la fluidité de la lecture, et, lors de la relecture d’un texte produit, à la production de l’orthographe des mots ou de la syntaxe des phrases et à l’organisation des idées, permettant une meilleure objectivation du texte.

  • Dans le contexte, les étudiants ayant besoin d’utiliser ce logiciel y ont accès.

Révision-correction par le logiciel Antidote

La révision-correction est une fonction permettant de réviser et de corriger un texte. Elle peut détecter des erreurs d’orthographe lexicale, d’orthographe grammaticale, de syntaxe, de ponctuation ou de vocabulaire. Cette fonction d’aide peut donc compenser des difficultés marquées ou incapacités liées à la révision et à la correction d’un texte en permettant une meilleure objectivation du texte.

  • Dans le contexte, tous les étudiants (et tous les membres du personnel) ont accès au logiciel Antidote Web jusqu’au 30 juin et ce, gratuitement.

Tutorat par les pairs

Soutien donné par un pair (un autre étudiant qui a de la facilité dans le cours) afin de réviser des notions, de consolider les apprentissages, d’échanger sur des lectures et de partager des stratégies d’étude ou des méthodes de travail.

  • Dans le contexte, ce partage peut continuer virtuellement. Le Centre d’aide à la réussite continue d’offrir ses services.

Quelques trucs, de façon générale :

  • Centraliser au maximum les ressources (documents, outils de collaboration et communications pour le travail) sur une même plateforme.
  • Fournir à l’avance un plan des rencontres synchrones afin d’identifier les contenus et objectifs.
  • Offrir quelques plages de disponibilité pour répondre aux questions des étudiants.
  • Rendre disponibles à l’avance divers documents de soutien (PowerPoint, plans de leçons, etc.).
  • Prioriser encore plus le mode asynchrone ou prévoir des enregistrements.
  • Prendre en considération que les conditions actuelles d’apprentissage ne sont pas optimales et encore moins pour eux.

En somme, aucune recette toute faite n’existe et ne répondra entièrement aux besoins de l’ensemble des étudiants pour les différents types d’enseignement, d’évaluation, etc. Ces quelques trucs peuvent vous donner matière à réflexion, mais n’hésitez pas à communiquer avec vos collègues, votre conseiller(ère) pédagogique ou avec la conseillère en services adaptés pour approfondir votre réflexion.

Les Services adaptés du Cégep de Shawinigan ont la responsabilité d’offrir aux étudiants en situation de handicap les accommodements et les services qui leur permettront de pallier leur déficience ou leurs incapacités et d’offrir au personnel les conditions pour les soutenir, alors n’hésitez pas à communiquer avec Annick Bellerive, conseillère en services adaptés pour des besoins individuels ou pour des questions plus générales.

Pour prendre rendez-vous avec Annick Bellerive, conseillère en services adaptés (aide psychosociale et services adaptés) : MIO ou courriel ([email protected]). Vous pouvez aussi communiquer avec elle par téléphone au 819-539-6401 #2317.

Et si nous rencontrons des difficultés avec des étudiants internationaux ou athlètes ?

Si toutefois vous rencontrez certaines difficultés avec des étudiants internationaux ou athlètes, vous êtes invités à communiquer avec :

  • Audrey Toupin pour les étudiants internationaux par MIO ou courriel ([email protected]);
  • Vincent Clermont pour les étudiants athlètes par MIO ou courriel ([email protected]).

Qu’adviendra-t-il des contenus, des éléments de compétences, des projets ou autres qui n’ont pas été retenus à l’addenda?

Cette question concerne plus particulièrement les étudiants qui sont actuellement en cours de formation et qui seront, en septembre prochain, à la 2e ou à la 3e année de formation.

Lors de la réflexion initiale sur la poursuite des cours à distance, vous avez eu à faire des choix, parfois difficiles. Des éléments de compétence et des contenus ont été priorisés, d’autres écartés. Ces derniers ne sont pas, pour autant, moins importants. Il serait donc intéressant de consigner, avant la fin de session, ce qui devra être couvert d’ici la diplomation des étudiants. En ce sens, les enseignants sont invités à identifier, pour chacun de leurs cours, ces éléments ou contenus à couvrir pour favoriser la réussite des étudiants à l’ESP ou ASP et à partager ces informations à l’équipe programme. Pour ce faire, voici un exemple de tableau (à télécharger au besoin) qui pourrait être complété de façon collaborative.