Actualités

Le Centre national en électrochimie et en technologies environnementales livre ses premières protéines virales à des équipes universitaires impliquées dans la lutte contre la COVID-19

Grâce à un financement conjoint du Fonds de recherche du Québec – Santé (FRQS) et du ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI) par le programme de soutien aux organismes de recherche et d’innovation, volet 2a : soutien aux projets de recherche-innovation, et d’un financement du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), par le Programme d’innovation dans les collèges et la communauté – Appui à la recherche appliquée en réponse à la COVID-19, le Centre national en électrochimie et en technologies environnementales (CNETE), centre collégial de transfert de technologie du Cégep de Shawinigan, a livré à la mi-juillet son premier lot de protéine N (nucléocapside) du virus SARS-CoV-2 à divers chercheurs universitaires et compagnies québécoises et canadiennes. Cette protéine servira, entre autres, au développement de tests cliniques pour mesurer en quelques minutes les anticorps exprimés à la suite d’une infection à la COVID-19 et à l’élaboration de vaccin contre la COVID-19. Les premiers résultats issus de son utilisation ont démontré d’excellentes performances au niveau de l’efficacité. L’expertise et l’équipement du CNETE permettent l’instauration d’un site local de production de ces protéines, en plus de rendre accessibles à leurs collaborateurs des protéines personnalisées, selon leur besoin. Le CNETE entame d’ailleurs la production d’autres protéines en lien avec la COVID-19, et ce en un plus gros volume, au cours du mois d’août.

Des protéines en rupture de stock et trop chères

Rappelons que, dès le début du mois d’avril, les équipes de recherche impliquées dans le développement de vaccins et de tests de détection ont été confrontées à de graves difficultés en approvisionnement des protéines du SARS-CoV-2. Cette pénurie est mondiale et perdure, donnant lieu à des délais et des conditions de livraison inacceptables telles que des produits arrivant sans la réfrigération essentielle et à des prix, déjà élevés, ayant triplé. Certains de ces produits sont actuellement offerts pour des quantités de l’ordre d’une fraction de milligramme à des prix de plus de 2 000 $, ce qui est nettement insuffisant pour permettre les travaux de recherche des équipes. L’équipe du CNETE spécialisée en biologie moléculaire et dirigée par Jean-François Lemay a réussi à produire, dans un premier temps, 4 mg de protéine N (nucléocapside) du virus SARS-CoV-2 pour un prix de 4 000 $. La disponibilité de ces protéines en qualité et à des quantités requises permettra aux équipes de recherche de développer des solutions à la COVID-19 dans les meilleurs délais.

À propos du Centre national en électrochimie et en technologies environnementales

Le CNETE, centre collégial de transfert de technologie du Cégep de Shawinigan, est un des centres collégiaux de transfert de technologie du réseau Synchronex. Le CNETE a comme mandat de développer des solutions environnementales (traitements, procédés et produits) pour les petites ou moyennes entreprises (PME) de divers secteurs tels que l’agroalimentaire, les biocarburants, la filtration des eaux de procédés, la chimie verte et le pharmaceutique. Le CNETE est un acteur important du développement économique de la région de la Mauricie, grâce au transfert de technologies en électrochimie et en environnement qu’il effectue chez des entreprises.

Dans l’ordre habituel, on retrouve la directrice générale du CNETE, Nancy Déziel, en compagnie de l’équipe du CNETE spécialisée en biologie moléculaire dirigée par Jean-François Lemay, chercheur, et complétée par Patrik Quessy, assistant de recherche, Mohamed Rahni, chercheur, et Anthony Guedon, technicien.